Théophile Caussé, Un Haitien dans le Handball Francais.

By TipitiBiz

Théophile Caussé

Dewerdt ne connaît pas encore ses arabesques et son sourire. Théophile Caussé, le jeune ailier de l’USDK (19 ans en octobre), croque avec plaisir dans le temps de jeu qu’on lui confie. Doublure de Jalel Touati, le jeune homme a le potentiel pour viser haut. Il est impatient d’être à ce soir. Entre deux sourires, cette bonne nature, née à Haïti, se raconte : sa découverte du hand, l’amour de sa famille d’adoption et ses objectifs.

Quand il en parle, c’est la maison du bonheur qu’il évoque. Théophile Caussé est le petit dernier d’une famille de cinq enfants, tous adoptés par Bruno et Véronique, un couple de la Haute-Vienne. « On est tous à peu près du même âge, on a grandi ensemble. L’aînée à 21 ans et demi », raconte l’ailier droit de l’USDK.

Un frère Réunionnais, un deuxième du Madagascar, une soeur du Congo et une autre d’Haïti, comme lui. Quatre ans dans un orphelinat à Haïti, la Haute-Vienne, donc, puis le déménagement avec la famille en Gironde (Pessac, puis Bègles). L’enfance. Le ballon, forcément. Ovale, au départ. « J’ai fait trois ans de rugby, j’accrochais et je me débrouillais pas mal. Mais il y a un copain qui m’a emmené vers le hand. Et le parrain de notre club (Panazol), c’était Jackson Richardson. Un jour, il est venu faire un tournoi de Sandball. » Le ballon de rugby était définitivement plaqué. « Ça été un déclic. Je l’ai vu, c’est quelqu’un qui m’a inspiré. J’étais un gamin. J’aurais vu une star de je ne sais pas quoi, peut-être que ça m’aurait impressionné… J’étais naïf », s’amuse Théophile Caussé.

Il signe aux sports-études de Talence. Yohann Delattre le repère. En parle à Arnaud Calbry. Convocation pour un stage à Dewerdt. Le Nordiste lui fait faire le grand saut jusqu’à Dunkerque, à 16 ans.

L’USDK croit au potentiel du jeune homme. Énorme, mais brut. « Il a eu des difficultés à gérer sa vitesse. Il faisait tout vite, tout en force, était incapable de faire une roucoulette. Il a dû travailler son relâchement gestuel du haut du corps », dissèque Arnaud Calbry. « On s’est parfois pris la tête, mais il y a eu une vraie évolution. Défensivement, c’est un courageux, qui fait mal, avec son dynamisme. Demandez à Dawid Nilsson, quand il prend l’extérieur… », raconte Arnaud Calbry, séduit par la façon d’être au monde du petit Caussé (1,80 m 72 kg). « C’est un bonheur. Il s’est fondu dans le groupe comme s’il était là depuis longtemps. Il transpire la joie de vivre. C’est un mec qu’on a envie de connaître. » Sur le plan du jeu, l’évolution a été encore un peu plus tangible, cet été, avec le maillot de l’équipe de France (4e au mondial jeunes, génération 1992-1993). « Sur la compétition, il a été dans le top 3 des ailiers. Aujourd’hui, c’est une vraie rotation pour nous. La concurrence se fait par le bas, pour que le haut se bouge », image l’adjoint de Patrick Cazal.

Théophile Caussé a compris le message. « L’objectif, c’est d’avoir un maximum de temps de jeu. Ça ne tient qu’à moi. À moi de travailler, de corriger mon relâchement, de mériter les choses. » Le Dunkerquois rêve d’une carrière. Comprenez une belle carrière. « Je ne suis pas trop scolaire (même s’il a passé un bac pro chaudronnerie à l’EPID). C’est peut-être pour ça que j’ai mis plus d’ingrédients dans le sport », se marre l’ailier.

Théophile Caussé a les passions de son âge. Il aime socialiser avec ses potes. « J’aime sortir avec eux, sans faire n’importe quoi car je fais du hand. Mais c’est profiter pour voir les copains, se dire que la vie est belle. C’est ma façon d’être, je suis heureux dans ma vie. » Une interrogation le taraude, parfois, au sujet de l’identité de ses parents haïtiens. « J’aimerais savoir qui ils sont. Je veux faire des recherches. Il y a eu pas mal d’événements à Haïti, ces dernières années. Et je ne voudrais pas que ce soit trop tard, un jour. C’est quelque chose de personnel, d’intérieur. » Il poursuit, comme s’il ne voulait pas froisser : « Mes parents, en Gironde, m’ont donné beaucoup de choses. Je les remercie vraiment. J’ai de la chance. Je suis bien entouré, soutenu à 100 % dans ma passion. » Ça doit être aussi pour emmener dans ses aventures les siens, que Théophile Caussé espère voler haut sur son aile.

http://www.lavoixdessports.com/Local/Dunkerque/2011/09/14/article_les-ailes-ouvertes-theophile-causse-sour.shtml